émotion
Découvrir la Meuse
Ok
Ajouter à ma sélection

Spécialités meusiennes

Madeleines Zins à Commercy

A chaque ville sa spécialité hautement reconnue. Commercy et sa Madeleine, Verdun et ses dragées, Bar-le-Duc et son « caviar » au parfum de groseille, Vaucouleurs et ses Jeannettes.... La Meuse avec la Lorraine n'en finit pas de séduire le palais. Ne fut elle pas fin du 17ème siècle la première région productrice en France de truffes (fameuse tuber uncinatum et tuber mesentericum) plus que jamais exquise ? Laissez-vous tenter !


Madeleine de Commercy
La Madeleine de Commercy est née dans les cuisines du roi Stanislas vers 1750. Pour satisfaire la gourmandise de leur maître, les cuisiniers de Stanislas rivalisèrent d'imagination. On leur doit quelques desserts fameux comme l'Ali-baba, l'ancêtre du baba au rhum, biscuit fortement aromatisé de safran et mouillé au vin de Malaga. Sans conteste, la madeleine appartient à cet héritage. Des cuisines ducales, la madeleine passa aux salons de Versailles. Fille de Stanislas, reine de France, Marie Leszczynska la faisait servir à ses hôtes. Après la mort de Stanislas en 1766, un de ses patissiers s'installa à son compte à Commercy avec les secrets de la madeleine.
Aujourd'hui deux entreprises perpétuent cette tradition, A la cloche Lorraine Madeleines Grojean et la Boite à Madeleine.
Dragées de Verdun
Verdun et ses dragées

C'est vers l'an 1220, qu'un apothicaire de Verdun eut l'idée de génie. Il prit des amandes dont il se servait pour faire ses gâteaux, il les enroba d'une couche de sucre et de miel puis, pour faciliter leur transport, les fit durcir.

La Dragée était trouvée et portait le nom d'Epice. Ces épices restées sous formes de pralines jusque vers l'an 1600 prirent alors leur forme actuelle : enveloppe dure mais lisse conservant la forme du fruit.

Bonne pour l'haleine et pour la digestion, elle était surtout réputée combattre la stérilité, d'où sa présence sur les tables françaises à chaque évènement familial : mariage, baptêmes, communions...
Des amateurs prestigieux ont marqué la légende de la dragée : Napoléon 1er, le Président Carnot, sa Majesté Edouard VII Roi d'Angleterre, Son Altesse Royale le Prince de Galles, leurs Majestés le Roi et la Reine des Belges, le Président Charles de Gaulle.
Il est possible aujourd'hui de visiter la dernière entreprise verdunoise (Dragées Braquier SARL) spécialisée dans la fabrication de la dragée.
>> http://www.dragees-braquier.fr/

Confiture de groseilles épépinées à la plume d
La confiture de groseilles de Bar-le-Duc
Il est un art unique au monde qui se pratique à Bar-le-Duc depuis des siècles : l'épépinage de la groseille à la plume d'oie. Cette tradition sert à la production d'une confiture exquise dénommée « Caviar de Bar » exportée à travers le monde entier et dont la recette est restée divinement secrète. Prenant un à un les grains de groseilles entre le pouce et l'index, les épépineuses percent légèrement la peau du fruit avec une plume d'oie taillée en biseau et extrait les pépins sans endommager la pulpe ! Sa renommée s'est étendue très vite dans les milieux princiers et aristocratiques, notamment à la Cour. Victor Hugo appréciait beaucoup cette douceur et Alfred Hitchcock s'en délectait chaque matin. Quant à Raymond Poincaré, il l'introduisit à la table de l'Elysée.
Les Confitures à la Lorraine, dernière fabrique de Bar-le-Duc, peut vous accueillir pour une démonstration de fabrication.
>> www.groseille.com

Croquets et Rochers de Saint-MihielLes croquets et les rochers de Saint-Mihiel

Les gourmets et quelquefois les gourmands... identifient souvent les villes de France à leurs spécialités et Saint-Mihiel dans ce domaine, propose aux palais les plus délicats deux friandises qui bénéficient d'une marque déposée : les croquets de Saint-Mihiel et les Rochers de Saint-Mihiel.

Le président Raymond Poincaré raffolait des Croquets et demandait souvent à son chauffeur, de faire un détour par Saint-Mihiel lors de ses séjours dans son château de Sampigny en Meuse. Les croquets ont été inventés en 1854 par Charles Bourchette, un pâtissier local qui leur donnait son nom, on les appelait Les « Petits Bourchettes ». Ces croquets sont composés de farine, de sucre, d'œufs, de vanille et surtout d'amandes, qui entrent pour un tiers environ dans la fabrication du produit.

Les Rochers de Saint-Mihiel rappellent les récifs coralliens qui bordent l'entrée Nord de la ville, ils ont été créés en 1922 et sont inscrits depuis 1994 au patrimoine national des spécialités. Composés de chocolat noir ou au lait et de noisettes émondées, grillées et concassées, les Rochers de Saint-Mihiel, comme les croquets d'ailleurs, sont entrés récemment dans l'encyclopédie des spécialités pâtissières de France.

La pâtisserie-boulangerie Morin vous fera découvrir ces spécialités.


Lorgnons linéens

Le Lorgnon Linéen

Gourmandise de Ligny-en-Barrois, le lorgnon est un chocolat blanc, noir ou au lait, fourré d'une ganache à la groseille. Le Lorgnon évoque le passé industriel et économique de la ville avec ses fabriques de verres de lunettes et ses confitureries spécialisées dans la groseille épépinée à la plume d'oie.
La pâtisserie Voiriot et la boulangerie Demée sont là pour vous faire déguster ces délicieuses friandises.







Les Jeannettes de Vaucouleurs

La pâtisserie Tommasi  vous fera découvrir les Jeannettes qui sont des friandises à base de chocolat, noisettes et caramel au miel.


Les baisers de Dagobert et les crottes de Satan de Stenay
Tous deux des friandises, les baisers de Dagobert c'est une ganache à l'orange enrobée de chocolat et les crottes de Satan sont des amandes enrobées de chocolat. Michel Baumaux, boulanger, pâtissier, chocolatier est disponible pour vous faire une dégustation.

Comité Départemental du Tourisme de la Meuse - site officiel
33 Rue des Grangettes - 55000 BAR LE DUC - Tél. : + 00 33 (0)3 29 45 78 40 - Fax : + 00 33 (0)3 29 45 78 45
Copyright 2008 CDT Meuse - Mentions légales
www.meuse.fr